Toni Morrison n’a pas  seulement remodélé la littérature américaine, elle nous a poussé à résister à la ténacité du racisme

Toni Morrison n’a pas seulement remodélé la littérature américaine, elle nous a poussé à résister à la ténacité du racisme

7 août 2019 Non Par Théau Mbemba

“124 était méchant.”

Avec cette énigmatique phrase d’ouverture de «Beloved», Toni Morrison, décédée lundi à l’âge de 88 ans , a laissé son empreinte indélébile dans la littérature américaine.

Qu’une femme noire ait écrit le plus grand roman du XXe siècle est une glorieuse pique lancée à notre longue histoire, qui a dénigré les femmes et les Afro-Américains. Du creuset de son génie est sorti un livre qui a incorporé le passé de l’Amérique à uneœuvre d’art éternelle – gothique, magique, magistrale.”

Lire la suite ICI

Partager avec des amis
Lire aussi:  « Voir comme on ne voit jamais »