Golfe 2: Après le coronavirus, les nouveaux élus voudraient-ils faire taire les marmites?

Golfe 2: Après le coronavirus, les nouveaux élus voudraient-ils faire taire les marmites?

13 octobre 2020 Non Par Théau Mbemba
Partager avec des amis

Une tribune de Elom Amavi d’ALMEIDA
Président du Mouvement « La Lutte du Peuple»

Le mouvement la lutte du peuple s’interroge sur l’utilité de la saisie des marmites des vendeuses de nourritures, d’Akluizogbon, d’akassan, et de riz par certains agents de mairie, sur ordre des nouveaux maires et élus communaux.

Cette situation crée de l’incompréhension au sein des populations des communes en question, telle que celle du Golfe 2, etc.

En effet le mouvement ‘’La lutte du peuple’’ a été interpellé par les habitants qui s’interrogent sur l’empressement des maires à envoyer leurs agents les martyriser comme au temps des colons, sans aucune communication préalable. Alors que cette démarche contestable des maires porte sur des taxes dont la nomenclature est obscure aux populations.

Bien entendu, sans aucune information sur leurs plans de développement communal, les populations questionnent la finalité des fonds prélevés.

Lire aussi:  L’affaire Kokoroko expliquée à ma grand-mère (2/3)

C’est pourquoi, en pleine crise économique due au Covid-19, Le mouvement “La Lutte du Peuple”, (celle du grand peuple) invite les maires et les élus des communes en question à surseoir à ces levées de frais de fonctionnement, étant donné que ces levées de fonds ne sont précédées d’aucun plan de développement Communal claire et partagé avec les populations qui se situent pourtant à distance piétonne des nouveaux élus.

La communalisation serait amère si c’est la couche au plus bas de l’échelle sociale, c’est à dire les pauvres qui se battent à rester débout en vendant koliko, zogbon, moulou, veyi au bord des routes, qui doivent financer les mairies.

Ces populations rappellent aux nouveaux élus qu’un an après leur installation, l’électrification, l’assainissement, l’inondation, les centres de santé et écoles primaires sont restés pour la plupart inchangés.

Lire aussi:  Dodzi Kokoroko : le temple des combines? (1/3)

Le mouvement “La Lutte du Peuple invite les communes à ne pas céder à la facilité, à ne pas sortir les muscles contre le grand peuple mais à retrousser les manches, à faire preuve de créativité pour trouver des solutions alternatives, afin d’améliorer le visage des écoles primaires, des centres de santé et toutes les infrastructures sociales.

Elom Amavi d’ALMEIDA

Pdt. du Mouvement « LA LUTTE DU PEUPLE »

Lomé le, 12 octobre 2020

Partager avec des amis

Je soutiens librement Amaniainfo et je fais un don maintenant.

Parce que je veux comprendre et donner un sens au monde.

Je fais un don maintenant