Livraison d’armes au Togo : Jean-Luc Mélenchon inquiet

Livraison d’armes au Togo : Jean-Luc Mélenchon inquiet

10 décembre 2020 Non Par Théau Mbemba
Partager avec des amis

L’Etat français a livré en 2019 puis en 2020, deux hélicoptères d’attaque à la garde présidentielle togolaise. Dans une question écrite, le chef de file de la France Insoumise, député (Bouches-du-Rhône) et candidat déclaré à la présidentielle de 2022 exprime à la ministre des armées son inquiétude de voir le régime togolais utiliser ces engins pour réprimer des manifestants. Il lui demande pourquoi la France a décidé de livrer ces armes au Togo.

M. Jean-Luc Mélenchon interroge Mme la ministre des armées sur la livraison d’hélicoptères d’attaque au Togo. En avril 2020, la presse révélait que trois hélicoptères Gazelle SA 341 avaient été livrés à la garde présidentielle togolaise. Deux ont été livrés en 2019, et le dernier en 2020. En 2017 pourtant, le ministre des affaires étrangères et du développement international Jean-Marc Ayrault s’était montré très réticent quant à la vente de ces Gazelle au Togo. En effet, le même type d’hélicoptères d’attaque avait été utilisé au Cameroun en 2008 par le régime de Paul Biya, pour écraser dans le sang les « émeutes de la faim » (au moins 139 morts). Le Togo est la plus vieille dictature d’Afrique de l’Ouest. Faure Gnassingbé a succédé à son père Gnassingbe Eyadéma en 2005, au prix d’un changement constitutionnel et d’une impitoyable répression qui a fait au moins 800 morts selon les organisations de défense des droits humains. En 2017, une tentative de révolution citoyenne a été durement matée. Les dernières élections présidentielles de février 2020 ont fait l’objet de fraudes manifestes. L’opposant arrivé « officiellement » en seconde position lors du scrutin, Agbéyomé Kodjo, a été un temps emprisonné, et n’a de cesse depuis de contester les résultats, avec de solides arguments. La semaine dernière ce sont deux autres militants proches de M. Kodjo qui ont été arrêtés, dont Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson, une des principales figures de l’opposition togolaise. Dans ce contexte, la vente d’hélicoptères est un soutien à peine marqué. La responsabilité de la France sera patente si, demain, le régime de Faure Gnassingbe décide d’utiliser ces engins pour réprimer des manifestants. Alors qu’un contrôle parlementaire sur les ventes d’armes se fait chaque jour plus indispensable, il lui demande pourquoi la France a décidé de livrer ces hélicoptères d’attaque au Togo.

Lire aussi:  Togo : Pour Nathaniel Olympio, la paix n’existe pratiquement pas au Togo
Partager avec des amis

Je soutiens librement Amaniainfo et je fais un don maintenant.

Parce que je veux comprendre et donner un sens au monde.

Je fais un don maintenant