Recul de l’espace civique au Togo selon un rapport de Civicus Monitor

Recul de l’espace civique au Togo selon un rapport de Civicus Monitor

10 décembre 2020 Non Par Théau Mbemba
Partager avec des amis

L’année 2020 a été marquée au Togo par un recul de l’espace civique. C’est la conclusion de Civicus Monitor, un organisme qui évalue l’évolution de l’espace civique dans 196 pays dans un rapport rendu public ce mardi 8 décembre 2020.

Le Togo subit donc un déclassement. Sa côte passe de « obstruée » à « réprimée». Les éléments pris en compte dans l’évaluation de l’espace civique sont : le respect, dans la politique et la pratique, des libertés de réunion, d’association et d’expression qui sont sous-tendues par le devoir de l’Etat de protéger la société civile. Pour Nathaniel Olympio, le président du Parti des Togolais (opposition), « Il est temps d’arrêter la dérive ».

Selon le Civicus Monitor, « la cote d’espace civique du Togo recule depuis la répression des manifestations de l’opposition anti-gouvernementale contre le maintien du contrôle du pouvoir par la famille Gnassingbé et pour exiger le retour à une limite de deux mandats pour les présidents. Les violations de l’espace civique depuis 2017 comprennent le meurtre de manifestants, l’arrestation et la poursuite de défenseurs des droits de l’homme et de militants pro-démocratie, l’interdiction des manifestations de la société civile et de l’opposition, la suspension de médias, le harcèlement judiciaire de journalistes, l’interruption régulière et la fermeture de l’accès à l’internet et les médias sociaux, l’adoption de législations restrictives telles que la loi de 2018 sur la cybersécurité et la modification de 2019 de la loi sur les conditions et l’exercice des réunions et des manifestations pacifiques. Pour les élections présidentielles de février 2020, l’accréditation d’un groupe de la société civile pour observer les élections a été révoquée, tandis que l’accès aux médias sociaux a été bloqué sur deux réseaux. »

Au total, quatre pays de l’Afrique de l’Ouest, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Niger et le Togo, se retrouvent ainsi déclassés. Pour Civicus monitor, cela indique une tendance à la baisse dans la région.

Lire aussi:  Togo: Le prix de l'engagement syndical

Pour Nathaniel Olympio, ce qui se passe dans les autres pays de la sous-région n’est qu’une duplication du cas togolais : « Le Togo a été le terrain de répétition générale », assure-t-il.

Sur les 49 pays d’Afrique, six sont considérés comme fermés, 21 comme réprimés et 14 comme obstrués. L’espace civique est ouvert dans les États insulaires du Cap-Vert et de São Tomé-et-Principe et réduit dans six pays. Depuis la dernière mise à jour, l’espace civique s’est détérioré en Côte d’Ivoire, en Guinée, au Niger et au Togo et s’est amélioré en RDC et au Soudan.

Partager avec des amis

Je soutiens librement Amaniainfo et je fais un don maintenant.

Parce que je veux comprendre et donner un sens au monde.

Je fais un don maintenant