Togo : Rentrée syndicale du Syndicat de l’enseignement supérieur

Togo : Rentrée syndicale du Syndicat de l’enseignement supérieur

23 février 2021 Non Par Francisco Akueté
Partager avec des amis

Djifa Hounsi, le Secrétaire général du SEST invite ses camarades à aller au-delà de l’amélioration des conditions de travail et penser à la qualité de l’enseignement.

Le Syndicat de l’Enseignement Supérieur du Togo (SEST), a effectué sa rentrée syndicale ce vendredi 19 février 2021. Deux panels de discussions ont marqué l’événement. Les thèmes ont porté notamment sur la pédagogie, la recherche universitaire et l’engagement syndical à l’heure des cours à distance.

 « Chers camarades, les défis qui nous attendent sont certainement assez importants et bien au-delà de l’amélioration du cadre de vie et de travail de l’Enseignant du Supérieur. Il s’agit également de penser davantage à la dispensation d’un enseignement de qualité en présentiel ou en distanciel. Nous ne sommes qu’au début de l’aventure des cours en ligne et ce contexte nouveau nécessite des mesures préalables qu’il faut appréhender », a déclaré Djifa HOUNSI, Secrétaire Général du Syndicat de l’Enseignement Supérieur du Togo(SEST).

Lire aussi:  L’affaire Kokoroko expliquée à ma grand-mère (1/3)

Cette rentrée syndicale a été l’occasion pour Djifa HOUNSI, d’appeler ses camarades de lutte à davantage de mobilisation pour l’intérêt collectif dans le temps et dans la durée. Selon lui, tous les acteurs devraient faire preuve de sincérité et de bonne foi dans la recherche de solutions satisfaisantes aux revendications du SEST. « Nous essayons de faire le chemin et osons croire également que les administrations universitaires et les Universités Publiques du Togo (UPT) mettrons à disposition de tous, les moyens adéquats de leur politique », a-t-il insisté.

Le Syndicat de l’Enseignement Supérieur du Togo (SEST), entend poursuivre ses actions pour le changement des conditions de travail et de vie des Enseignants-Chercheurs du Togo. La dernière plateforme revendicative mentionnait le paiement des arriérés de dix mois de salaire et la revue de la grille salariale. Selon Djifa HOUNSI, le secrétaire général du SEST, depuis le depuis de ce mois de février, nombreux sont les enseignants-chercheurs qui sont rentrés en possession de leurs droits. Toutefois, des discussions seraient en cours pour que la totalité des enseignants soit satisfaits.

Partager avec des amis