Comment réagir quand on critique injustement Laurent Gbagbo

Comment réagir quand on critique injustement Laurent Gbagbo

20 juin 2021 Non Par Théau Mbemba
Partager avec des amis

Dix raisons de témoigner son admiration à Laurent GBAGBO, l’ex-président ivoirien.

Jeudi 17 juin 2021. Laurent Gbagbo, l’ex-président ivoirien est sur le retour. Sur sa page facebook, André Kangni Afanou, un défenseur des droits de l’homme au Togo, fait un post. La publication montre une photo de Laurent Gbagbo précédé de la mention : « Admiration ! »

Des dizaines d’admirateurs du woody de Mama affluent pour liker, commenter et partager la publication.

Et soudain, un commentaire intrus :

« J’ai du mal à me mettre dans le courant des admirateurs de Laurent Gbagbo. […] Je veux juste savoir ce qu’il a fait concrètement pour la Côte d’Ivoire et l’Afrique. Je compatis naturellement à la souffrance qu’il a endurée à la Haye et condamne les auteurs. Cependant, il est important de dépasser l’émotion pour juger un acteur politique sur ses actes. »

Pour les internautes, la question est tout sauf innocente. D’autant plus que l’auteur, Fulbert Attisso, est responsable d’un parti politique d’opposition au Togo. Avant de se mettre à la politique, il était journaliste et essayiste.

“L’impertinent” est accueilli à bras raccourcis

En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, une avalanche de réactions le cueille à chaud. Voici ci-après quelques répliques bien senties à l’endroit de « l’impertinent » :

« Votre question m’a fait sourire. Gbagbo c’est ce président qui a gagné les élections en Côte d’Ivoire malgré la volonté des impérialistes. Il arrive au pouvoir et on monte une rébellion contre lui, le pays est partitionné, vous connaissez la suite. On l’envoie à la CPI – en épargnant le camp adverse – d’où il ressort victorieux et vous demandez ce qu’il a fait pour son pays et l’Afrique ? Gbagbo c’est la nouvelle figure héroïque de l’Afrique en marche contre l’impérialisme. Son peuple l’attend dans l’allégresse et nous sommes en joie avec lui. »

« Fulbert Sassou, sans vous manquer de respect, taisez-vous et apprenez ce qu’est un grand homme pour son pays. C’est cette ignorance qui est notre tare au Togo. Rien que de petites frappes depuis trente ans. Laissez nous nous réjouir du retour de ce digne africain qu’on a de la peine à voir chez nos politiciens de pacotilles au Togo et ailleurs. »

« Cher Fulbert Sassou Attisso, je suis certain que vous avez un autre problème avec ce Monsieur. […] Gbagbo n’est pas un ange mais il est loin du démon que vous voudriez qu’on en fasse. Si vous étiez encore dans votre posture de journaliste, on vous accorderait une marge. Vous n’êtes pas obligé d’aimer quelqu’un. Mais laissez ceux qui l’aiment et l’admirent le faire. Et cessez de poursuivre son ombre comme un épouvantail partout où on parle en bien de lui. […] Pour juger un aîné, il faut être certain d’avoir fait mieux que lui à votre âge et de pouvoir faire mieux que lui à son âge. Demandez-vous donc plutôt ce que vous avez pu faire pour vous même, votre pays le Togo et pour l’Afrique. Une fois que vous aurez réussi cet exercice, revenez poser la question, nous serons prêts à en débattre. »

“Cette victoire rend Laurent Gbagbo plus admirable”

Fulbert Attisso ne s’est pas prêté à l’exercice en question. Mais, tout seigneur, entre deux remontrances, certains internautes ont consenti à répondre à la question posée par Fulbert Attisso.

« Gbagbo est admiré car il porte une double casquette : la première est qu’il fût un président admiré par son peuple et une frange de la population africaine et qui malheureusement a été détrôné, non véritablement par les urnes mais par la volonté de la France. Et cette volonté a été très manifeste et le sang a beaucoup coulé. L’objectif étant de placer l’homme de la France : Ouattara Alassane. Voilà la première raison qui rend admirable Gbagbo. La seconde casquette est que Gbagbo est un accusé acquitté. Donc un innocent conduit Manu militari devant une juridiction pénale internationale : la CPI. Malgré le poids de la politique, la justice a triomphé. Gbagbo a triomphé. Cette victoire rend Gbagbo plus admirable. Il est l’un des rares accusés à être acquitté devant cette cour. Son acquittement le rend admirable et populaire. »

« C’est Gbagbo qui a amené le multipartisme en côte d’ivoire, bref c’est le père de la démocratie en Côte d’ivoire, Gbagbo a donc fait beaucoup pour son pays. »

«  Il a accepté en période de guerre que l’ONU supervise une élection qui a permis à son adversaire de devenir ce qu’il est devenu après. Voyez-vous, ici au Togo, vous avez demandé le recomptage des voix le pouvoir a refusé, mais lui au pouvoir, c’est lui qui demande le recomptage des voix et c’est l’opposition qui a refusé. Président de la République, il a passé tout son temps à vouloir pacifier le pays au point de former des gouvernements dans lesquels ses adversaires (même les rebelles) ont des postes stratégiques. Vous voulez dire que tout ça c’est ne rien faire pour son pays? »

Ces discussions houleuses entre Togolais sur la toile à propos du retour de l’ex président ivoirien font écho aux premiers mots de Laurent Gbagbo. Il disait : « On est de quelque part. Moi, je suis de la Côte d’Ivoire mais j’ai appris en prison que je suis de toute l’Afrique. Toute l’Afrique m’a soutenu. Tous les Africains m’ont aidé à tenir. Des chefs d’Etat m’ont aidé à tenir, les peuples m’ont aidé à tenir. »

Des raisons d’aimer Laurent Gbagbo

Les Ivoiriens aiment Laurent Gbagbo parce que :

  1. Dès sa prise de fonction en novembre 2000, il met en œuvre une politique dont l’objectif affiché est l’enrichissement de l’ensemble des Ivoiriens sans exception. En outre, il se bat pour tourner la page de la croissance sans développement, caractéristique de l’ère de Félix Houphouët-Boigny. Cette politique, dite de « refondation », est un syncrétisme de socialisme, de nationalisme et d’anticolonialisme, particulièrement à l’égard de la France. Cet élan a été stoppé en 2002 par la rébellion avec la partition du pays et l’apparition d’une économie parallèle à grande échelle.
  2. Ensuite, il prend une série de mesures dans l’optique d’encourager les parents à envoyer leurs enfants à l’école primaire et secondaire. Au titre de ces mesures, on peut notamment citer la suppression de l’uniforme scolaire au primaire et au secondaire, la suppression des frais de scolarité pour les enfants du primaire, et finalement la distribution de kits et de matériel scolaires aux parents démunis.
  3. Aussi, en réponse au chômage des jeunes, il fait la promotion de la formation professionnelle en créant des lycées professionnels. L’exemple emblématique de ce volontarisme est le Lycée professionnel d’Odienné. Un établissement de standard international spécialisé dans la formation aux métiers de l’agro-alimentaire et de l’agro-industrie.
  4. Pour que le lien de famille, le groupe ethnique ou tribal ne soit pas un critère de sélection, il a conditionné le recrutement des directeurs des grandes régis financières (douane, trésor, impôt, etc.) à un concours.
  5. Malgré la guerre et la partition du pays, il a fait fonctionner le pays avec un budget sécurisé puisé dans les recettes nationales. C’est ainsi que le payement des salaires  ainsi que les investissements de l’Etat et de ses divers engagements étaient assurés.
  6. Par sa simplicité, sa capacité à s’adresser directement au peuple dans un langage accessible à tous, il a révolutionné la vie politique ivoirienne. De plus, il a rapproché le peuple du pouvoir en rendant public ce que gagne le président de la république à la fin du mois.
  7. Dans la foulée, il met en œuvre la décentralisation avec des conseils régionaux et une communalisation effective du pays. Il a revalorisé les salaires du personnel de santé et fait adopter les statut des magistrats, des préfets, des ambassadeurs et des corps habillés.
  8. Jaloux de l’indépendance de son pays, Laurent Gbagbo ne prenait pas ses ordres de Paris, Londres, Berlin, Moscou ou Washington pour se prononcer sur les questions de l’heure ni pour diversifier les partenaires de la Côte d’Ivoire. Cela tranchait avec le passé où le directeur de cabinet du président ivoirien était un Français. Ce dernier rendait compte au gouvernement français des réunions des instances communautaires (Umoa, Cedeao, UA). De fait, l’Elysée avait un droit de regard sur la diplomatie et les choix économiques de la Cote d’Ivoire.
  9. Pour garantir la liberté d’expression, il a fait voter une loi qui aboli quasiment la censure et le délit de presse.
  10. Quant aux Africains, ils aiment l’ex-président ivoirien parce que ce dernier préparait une monnaie et la sortie du franc CFA. Il voulait également nationaliser les banques et faire partir les troupes françaises de Côte d’Ivoire. Le retour de Laurent Gbagbo est une perspective pour tous ceux qui rêvent d’une seconde indépendance pour l’Afrique.
Lire aussi:  Bientôt la vérité sur le décès tragique du père de l’indépendance togolaise Sylvanus Olympio ?

“Son retour est une opportunité”

Laurent Gbagbo est de retour en ce jour historique du 17 juin, après dix ans d’absence. Pour le journaliste Théophile Kouamouo, après l’euphorie du premier jour, ses partisans et lui devront relever plusieurs défis. Parmi ces défis, travailler et peser dans un rapport de force pour la construction d’institutions fortes en Côte d’Ivoire.

Pour Nathaniel Olympio, le retour de Laurent Gbagbo peut être une opportunité pour la réconciliation en Côte d’Ivoire et une heureuse perspective pour l’Afrique de l’Ouest.

Lire aussi:  VGE, notre cousin de France ! (1/3)

Recommandations:

Théo Mbemba

Partager avec des amis

Je soutiens librement Amaniainfo et je fais un don maintenant.

Parce que je veux comprendre et donner un sens au monde.

Je fais un don maintenant