Pour se faire épouser Mimi avait simulé une grossesse et envoyé au « père » la photo de « son enfant »

Pour se faire épouser Mimi avait simulé une grossesse et envoyé au « père » la photo de « son enfant »

9 août 2021 Non Par Théau Mbemba
Partager avec des amis

Pour se faire épouser, elle met au point un stratagème d’une candeur enfantine! Togo-Presse N° 1455 du 19 mai 1967

Elle l’aimait beaucoup. Lui aussi l’aimait bien, mais ne semblait pas très pressé pour le mariage. Alors, elle mit sur pied un mensonge d’une candeur toute enfantine.

« Ça y est, dans neuf mois tu seras papa. Je suis enceinte. », lui révéla-t-elle un beau matin. Et Moïse Amegadjen, chauffeur au service de la santé publique de vivre alors maritalement avec la belle Berekissou dite Mimi, sa maîtresse.

Mais là s’arrête la partie romantique de cette histoire d’amour. En ce moment même, Moïse est à Lomé, tandis que Mimi est quelque part dans le Nord du Togo, car elle n’était pas « grosse » comme elle le prétendait et on a découvert que le bébé qu’elle portait dans ses bras sur la photo qu’elle avait ait parvenir à Moïse était, en fait, l’enfant de sa sœur aînée.

Lire aussi:  Un coq à quatre pattes à Lomé, et ce n’est pas un « poisson d'avril » !

Le début de l’histoire remonte à environ un an. Les deux jeunes gens se plurent tout de suite lorsqu’ils se firent pour la première fois. Comme bien des amoureux du monde, ils célébraient Pâques avant Rameaux. « Ils signèrent des chèques en blanc », comme dirait Couchoro.

Mais comme Moïse tardait à l’emmener devant Monsieur le Maire, Mimi inventa son mensonge qui fit mouche. Moïse l’accepta chez lui tout en évitant d’officialiser cette union.

Les jours passaient. En époux modèle, moïse couvait sa jeune femme de toutes les tendresses possibles et imaginables. Un berceau, des barboteuses, des layettes et autres articles de toilette attendaient déjà le bébé cinq mois avant la date présumée de son arrivée. Un fait cependant intriguait Moïse : aucun signe extérieur de grossesse n’était décelable chez sa femme. Il attendit patiemment huit mois et, en désespoir de cause décida d’en avoir le cœur net.

Lire aussi:  Un crime particulièrement odieux : une femme jette dans une poubelle l’enfant qu'elle venait de mettre au monde.

-Ecoute, dit-il alors à Mimi, nous irons demain chez le médecin.

La jeune femme qui, manifestement attendait avec anxiété ce moment fatal où l’on découvrirait son stratagème disparut.

Trois autres mois passèrent. Puis un beau jour Moïse reçu une missive venant d’Atakpamé lui annonçant, avec trois mois de retard, l’heureux événement qui l’avait fait papa. Une photo accompagnait la lettre qui lui demandait également d’envoyer de l’argent illico.

Un cousin de Moïse fut dépêché à Atakpamé. Bien sûr, il ne trouva pas de trace de Mimi-Berekissou, partie précipitamment pour une destination inconnue.

C’est à Atakpamé que le cousin découvrit le pot aux roses.

Partager avec des amis

Je soutiens librement Amaniainfo et je fais un don maintenant.

Parce que je veux comprendre et donner un sens au monde.

Je fais un don maintenant