Badougbé : une volonté de fer anime la population

Badougbé : une volonté de fer anime la population

20 août 2021 Non Par Francisco Akueté
Partager avec des amis

En 1967, Badougbé était un village de 725 cases abritant 1995 âmes. Dans sa parution du jeudi 1erjuin 1967, Togo-Presse rend compte des efforts des habitants pour en faire un village pilote.

Le village pilote de la circonscription d’Anécho est, sans contredit, Badougbé. En effet, ce village de 725 cases où vivent 1995 âmes, arrive progressivement à réaliser ses rêves qui ne sont que des réalisations d’ordre social et économique, grâce à un remarquable investissement humain.

L’école primaire publique de 7 classes avec un effectif de 448 élèves, le splendide bâtiment abritant le poste de santé et provisoirement l’État Civil, le jardin d’agrément, le monument aux morts et les latrines publiques sont l’œuvre des valeureux fils de ce village.

Outre les travaux déjà réalisés, d’autres bâtiments sortent notamment l’église, le bureau des P.T.T. et le Centre Culturel qui sera le lieu de distraction après les journées fatigantes des travaux champêtres. Adolphe Laté Lawson, président de la « Fraternité de Badougbé » (une des associations dépositaires de forces vives dudit village) a donné à notre correspondant permanent des explications sur les efforts fournies par la population en vue de faire de Badougbé un village pilote.

Lire aussi:  Arrestation d’une jeune mère de cinq enfants, récidiviste du vol

Les habitants de Badougbé sont déterminés

« Le chemin parcouru jusqu’à ce couronnement est long. Nos parents qui se sont sacrifiés physiquement et financièrement sont fatigués et ont besoin de secours. C’est justement pour les relayer que tous les compatriotes ont créé en septembre 1962 la Fraternité de Badougbé dont le siège est à Lomé. Nous avons compris l’importance de cette association qui est le centre de gravité de nos travaux ; tous les membres sont animés d’une bonne volonté et c’est la raison pour laquelle la Fraternité de Badougbé va grandissant.

« La main d’œuvre est gratuite. Nous avons des ouvriers parmi nous. À part l’église en construction qui est financée par les villageois y compris les féticheurs et les villages environnants sans oublier le Révérend Père Dastilung de Togoville et les amis bienfaiteurs de Lomé, tout le reste s’effectue avec le fonds de la caisse de la Fraternité alimentée par des cotisations mensuelles, par la vente des récoltes de notre champs collectif, par le produit des saynètes et des soirées dansantes organisées au profit de l’association. »

L’avenir du village dans les mains de ses fils

M. Adolphe Laté Lawson a par ailleurs parlé des projets d’avenir :

« La route menant vers la lagune qui devient impraticable à la saison des plus à besoin d’être refaite. Nous envisageons l’aménagement de l’école et de notre petit marché, l’ameublement du dispensaire où les accouchées se couchent par terre, l’urbanisme du village et l’agrandissement de notre champs collectif. »

Partager avec des amis

Je soutiens librement Amaniainfo et je fais un don maintenant.

Parce que je veux comprendre et donner un sens au monde.

Je fais un don maintenant