Covid-19 au Togo: qui des bergers ou du Roi a oublié de dire la vérité ?

Covid-19 au Togo: qui des bergers ou du Roi a oublié de dire la vérité ?

27 septembre 2021 Non Par David Kpelly
Partager avec des amis

Covid-19 au Togo. Lorsque que les bergers et les rois se disputent, la vérité sort de la bouche des brebis. C’est la maxime de notre chroniqueur David Kpelly ce lundi matin. Il se penche sur le jeu de passe-passe entre les autorités togolaises et les leaders religieux. La pomme de discorde: la fermeture des lieux de culte au Togo!

J’ai débuté la semaine dernière avec une de ces histoires tragi-comiques dont, seul notre pays le Togo, a le secret. Une de ces histoires qui vous arrachent à la fois une larme et un éclat de rire. Un de mes cousins a frôlé la démence pour une histoire de certificat de vaccination contre la Covid 19. La petite entreprise de guide touristique qu’il a montée après une dizaine d’années de chômage avec sa maîtrise en droit ayant coulé avec la crise sanitaire, il a décidé de jouer à la loterie Visa pour aller finir ses jours au pays de l’Oncle Sam.

Au commissariat où  il s’est rendu pour se faire établir sa carte d’identité pour composer son dossier pour le passeport, on lui a demandé de présenter son certificat de vaccination. Il se précipite au centre de vaccination. On lui demande de présenter sa carte d’identité avant de se faire enrôler. Il a essayé d’expliquer que c’était pour l’établissement de sa carte d’identité qu’on lui avait demandé de présenter son certificat de vaccination. On lui a riposté que justement c’était pour l’établissement de son carnet de vaccination avec lequel il devait faire établir sa carte d’identité qu’on lui demandait la carte d’identité.

Lire aussi:  Comment faire l’amour avec un Togolais sans se fatiguer

Dépité et meurtri, il a décidé d’abandonner et le passeport et la Loterie Visa et d’immigrer au Ghana. Je lui ai fait comprendre que là non plus ce n’était pas gagné. Les frontières avec le pays de Kwame N’krumah sont fermées depuis presque deux ans. Depuis le début de la pandémie.

Je n’ai pas osé lui conseiller d’aller commander une messe. Puisque les lieux de culte sont à nouveau fermés toujours dans le cadre de cette vaccination anti Covid 19.

Les conducteurs de troupeaux ont décidé de ne plus se taire

A ce propos, nous suivons, depuis quelques jours, un jeu de passe-passe entre les autorités togolaises et les leaders religieux.

Tout a commencé, il y a une dizaine de jours, avec les propos, sur une chaîne de radio locale de Lomé, d’un ministre déclarant que les lieux de culte seront fermés sur proposition des leaders religieux.

Lire aussi:  Comment la BTCI humiliait perpétuellement mon père

Il n’en fallait pas plus pour que les pasteurs, les prêtres et les imams sortent de leurs gonds. Là où ils ont été enfermés depuis plusieurs mois. Leurs activités ayant été frappées de plein fouet par cet état d’urgence sanitaire. Un état d’urgence qui n’en finit pas de ne point finir.

Qu’on décide de fermer leurs lieux de culte : oui. Que faire ? Il est notoire, dans ce pays, qu’on ne conteste point les décisions du Roi. Mais qu’on pousse le cynisme jusqu’à affirmer que c’est eux-mêmes qui ont décidé qu’on ferme leurs églises et mosquées ! Terre et Ciel, c’était la provocation de trop.

Les conducteurs de troupeaux ont décidé de ne plus se taire. Et depuis quelques jours, on les voit, sur les radios, les chaînes de télé, dans les déclarations dans la presse, s’époumoner qu’ils n’ont jamais demandé qu’on ferme les portes de la maison de Dieu à leurs fidèles.

Lorsque les langues des bergers deviennent lourdes…

Et à chacune de leurs déclarations, comme pour aggraver leur ire, le gouvernement envoie quelque héraut sur un média leur souffler : « Que si ! C’est bien vous-mêmes qui avez demandé qu’on ferme vos églises et mosquées ! Pourquoi mentez-vous, vous qui professez pourtant : Tu ne mentiras point ! »

Nous autres, les brebis, observons tout ceci de loin, entre deux prières pour trouver notre pénible pain quotidien. Et retournons dans nos têtes cette sagesse des anciens qui stipule : « On ne dit point qu’une personne âgée a menti. On dit qu’elle a oublié de dire la vérité. » Qui donc, entre les deux parties, nos bergers et nos rois, a oublié de dire la vérité dans l’affaire ?

Lire aussi:  Comment faire du caviar à partir de pigeons?

Les plus ingénieux parmi nous ont déjà imaginé le vrai scénario. Et ils se le racontent en petit comité en riant sous cape. Nos autorités religieuses ont été amenées à accepter la fermeture des lieux de culte comme une souris entre les griffes d’un chat accepte de céder son morceau de poisson fumé. Voilà la vérité.

Lorsque les langues des bergers deviennent lourdes, la vérité sort de la bouche des brebis. J’ai emprunté l’expression au titre du très beau roman de l’auteur marocaine Meryem Alaoui La vérité sort de la bouche du cheval

Covid-18: qui des bergers ou du roi a oublié de dire la vérité
Partager avec des amis

Je soutiens librement Amaniainfo et je fais un don maintenant.

Parce que je veux comprendre et donner un sens au monde.

Je fais un don maintenant