Archange Touadera: 3 choses que vous devez savoir sur le président centrafricain

Archange Touadera: 3 choses que vous devez savoir sur le président centrafricain

5 novembre 2021 Non Par Guillaume Guianissio
Partager avec des amis

Parmi les tenants de la génération de la rupture avec la françafrique, figure en bonne position Faustin Archange Touadera, le Président centrafricain. Guillaume Dominique Guianissio répond à 3 questions à propos du Président centrafricain.

L’Afrique bouge-t-elle, enfin, après sept décennies de plus de 200 coups d’état? Des décennies de soumissions directes face aux pressions néocolonialistes de l’Occident sur ses dirigeants ? Après des guerres magistralement fratricides orchestrées ?

Un printemps africain semble souffler depuis un moment sur l’Occident. Plus ravageur dans le pré-carré français, ce printemps rime avec le retour sur le continent de la Russie. Ce dernier semble s’appuyer sur l’entrée en jeu des puissances émergentes sur le continent africain.

Parmi les tenants de la génération de la rupture avec la françafrique, figure en bonne position le Président centrafricain.

Archange Touadera est-il un révolutionnaire ?

Certainement pas… La providence aurait certainement voulu, comme pour David face à Goliath, que lui soit confié un des rôles de précurseur dans cette lutte inévitable pour la libération des pays francophones vassalisés à mort depuis des siècles.

Jadis, l’arrogance et la duplicité paroxysmique du néo-colonialisme français se passaient de tous commentaires. La françafrique maintient essentiellement sa domination à travers sa présence militaire dissuasive ou répressive, le pillage systématique des ressources des Etats et l’imposition du franc CFA.

Bien d’autres accords occultes concourent à sceller l’exploitation chronique de pas moins de14 pays africains. Aujourd’hui, plusieurs Africains pensent que le salut passe par un rapprochement militaire avec la puissance Russe. Puisque la France elle-même est protégée par la puissance américaine.

Lire aussi:  Grattez le costume, vous trouverez le trader togolais

Le cas centrafricain, petit Poucet de la zone d’influence française, est très édifiant. A son arrivée au pouvoir en 2016, le « Mathématicien de Boyrabe» s’est tourné naturellement vers la France. Mais celle-ci, comme à son accoutumée condescendante, se devait d’infliger à ce néophyte quelques humiliations dues à son rang de serviteur. L’accabler de malheurs afin de mieux obtenir de lui le tribut habituel.

C’était oublier que chaque chose possède les germes de sa propre destruction. Cette fois, la stratégie d’humiliation accoucha d’un effet inverse qui échappa au contrôle du système de la françafrique.

Archange Touadera: otage de la Russie?

Dès l’entame tacite de ce qui s’apparentait à un début de divorce, la Russie développa une opération de charme à travers une importante livraison gratuite d’arsenaux militaires à la RCA. Un début de divorce « euphémisé » par divers vocables stratégiques: diversification de coopération, bilatéralisme, partenariat gagnant-gagnant, etc.

Le Président Centrafricain, toujours courtois et sans rancœur, continua en dépit du mauvais traitement français d’accorder de la valeur audit partenariat privilégié avec la France traitresse.

Peu après, il se fait taper sur le doigt. La nocivité de la bête se matérialisa à travers l’aide au retour clandestin de l’ex-président François Bozizé, porteur d’un agenda caché. Mais puisque chaque centrafricain aspire à la paix, au bonheur, à la liberté, Touadera choisi de minimiser l’affaire. Sans s’empêcher de pousser savamment ses pions sur l’échiquier. Dans ce jeu stratégique complexe, la françafrique très remontée est suspectée d’attiser la rébellion et des oppositions interminables contre le régime.

Lire aussi:  Togo: un si triste devoir de violence

Grâce à la Russie et le Rwanda, son fauteuil présidentiel fut protégé et les élections réalisées en décembre 2020 se soldèrent par sa réélection.

De leur côté, Macron et son Chef de diplomatie ne veulent toujours pas entendre raison. Ils font maintenir l’embargo sur les armes et multiplient des pressions à travers des mesures économiques contre la RCA. Ils persistent et signent publiquement. Aidés par des médias françafricains, ils proclament ourbi et orbi que Touadéra est « l’otage de mercenaires russes du groupe Wagner ». Puisqu’il refuse, à l’état actuel de la furie impérialiste, de revenir dans le harem du grand manitou.

Le président centrafricain est-il un panafricaniste… ?

D’emblée de jeu, il faut éviter de proclamer panafricaniste tout chef d’Etat africain à la moindre action contre la françafrique. En effet, plusieurs de ces présidents africains, plusieurs de nos institutions africaines ou panafricaines, sont loin de promouvoir le concept panafricaniste. Beaucoup de Chefs d’Etat africains continuent de s’attaquer au concept ou en font une conception inféodée. Ils expulsent même les tenants de ce concept politique.

Le panafricanisme ne saurait se réduire à la lutte contre la françafrique bien que cela en fasse partie. Amzat Boukari-Yabara, l’auteur de Une histoire du panafricanisme définit le panafricanisme comme un concept en quatre dimensions fortement imbriquées : une « énigme historique », un « concept philosophique », un « mouvement sociopolitique » et une « doctrine de l’unité politique ».

Au regard de ce qui suit, et sauf erreur de ma part, rien ne permet encore de savoir si Faustin Archange Touadera est un panafricaniste. Même si sa résistance face à un pan de la françafrique ébaudit le cœur de bon nombre de panafricanistes.

Lire aussi:  Le militaire togolais, le sac de gari et «Le Nez » de Gogol

Peut-être l’est-il ?

Peut-être !… Les défis nationaux du Centrafrique qu’il affronte quotidiennement et les enjeux sécuritaires transfrontaliers qu’il porte…font part belle à la doctrine de l’unité politique africaine, à l’intégration sous-régionale et à une paix transfrontalière. Voilà pourquoi Touadéra privilégie le dialogue et à la bonne entente avec les Etats voisins. D’ailleurs, il tient constamment compte de leurs avis dans la résolution de la crise centrafricaine.

Il est également un fervent admirateur du Père de l’Indépendance Centrafricaine, le Président Barthélémy Boganda. Panafricaniste des premières heures avec le projet des Etats Unis de l’Afrique Latine! Barthélémy Boganda a légué un drapeau aux couleurs panafricaines. Et un parti politique intégrateur, le Mouvement de l’Evolution Sociale de l’Afrique Noire ou MESAN.

Néanmoins une hirondelle ne saurait faire le printemps. Même Thomas Sankara qui ne manquait pas de culot, parlant de la dette africaine, affirmait que s’il était le seul à refuser de payer la dette, il serait éliminé. Cela revient à comprendre que les chefs d’Etats africains doivent mutualiser leur force pour parvenir à la réalisation véritable de l’unité africaine.

En définitive, en référence à sa maxime : « addition et multiplication, jamais la soustraction et la division en politique », l’on peut, sans grand risque de se tromper, attester que la vision profonde de Faustin Archange Touadera rime avec l’idée panafricaniste.

Guillaume Dominique Guianissio est consultant en Développement Local et analyste politique

Partager avec des amis