La discipline positive: peut-elle être appliquée au monde du travail?

La discipline positive: peut-elle être appliquée au monde du travail?

11 novembre 2021 Non Par Dr Toï Banla
Partager avec des amis

Aujourd’hui je vais vous parler de « la discipline positive ». C’est la crise dans le secteur de l’éducation nationale qui me fait penser à ce concept. En effet, le ministre Kokoroko a relevé 1192 directeurs de préscolaires et primaires du public de leur poste de responsables d’établissements. Ils sont appelés à être redéployés en tant que simple enseignant. Pourront-ils supporter cette sanction ? Seront-ils capables psychologiquement de reprendre la craie ? Quel serait le climat de travail ? Mon hypothèse est simple : les travailleurs seraient plus productifs si on appliquait dans le monde professionnel l’approche éducative de la « discipline positive ».

C’est quoi la discipline positive

La construction de la personnalité humaine résulte des interactions entre le sujet et son environnement. Autrement dit, la compréhension du comportement d’une personne est plus accessible à travers son passé ou l’éducation reçue. Les spécialistes ayant compris la place de l’éducation dans l’installation des attitudes et puis des comportements, ont proposé une approche éducative qui est : ‘‘la discipline positive’’.

En se référant à la définition de l’UNESCO, la discipline positive est une méthode pour réduire le mauvais comportement en récompensant le comportement positif. La discipline positive prend comme principe que le comportement qui est récompensé est le comportement qui sera répété. La discipline positive aide les élèves à apprendre des comportements qui sont conformes aux attentes des adultes. Efficaces dans la promotion des relations sociales positives, ces comportements aident le développement d’une maîtrise de soi qui favorise son amour propre.

Lire aussi:  Année scolaire : comment la rendre inoubliable pour votre enfant

Les principes de la discipline positive

Plusieurs auteurs ont avancé les principes orientant le fondement de la discipline positive dont ceux adlériens. L’approche adlérienne est globale, elle tient compte du ressenti, des pensées et des décisions de l’individu mais aussi de son contexte familial, social et professionnel. Cette approche stipule encore que :

  • chaque individu mérite respect et dignité.
  • chaque être humain a besoin d’avoir un sentiment d’appartenance à un groupe et la capacité de contribuer au bien-être de ce groupe.
  • l’encouragement, qui se centre sur les forces de l’individu, permet un changement constructif.
  • tout comportement a une raison d’être

Dans l’approche de la discipline positive, l’éducateur a le devoir et l’obligation de disposer des qualités adaptées. 

S’il n’en dispose pas, il lui faudra les cultiver, notamment celui de l’équilibre du caractère par lequel il pourra s’imposer aux enfants ou à la classe.

L’éducateur ou l’enseignant doit d’abord être maitre de lui-même. Les emportements, les colères, les menaces à tout propos, les apostrophes ne sont pas conseillées en matière d’éducation car cela entraine quelque fois des sentiments de peur. Il est important que l’éducateur sache se dominer et se contenir.

Selon Kerschensteiner, si on a affaire à  l’un de ces sadiques qui trouvent plaisir à dominer des êtres plus faibles qu’eux comme par vengeance, il faudrait l’extirper au plus vite du corps des enseignants, qui sont censés être des éducateurs par excellence.

Lire aussi:  Pourquoi pratiquer le taekwondo est efficace pour l’enfant

Un besoin pour le monde professionnel

La discipline positive ne serait-elle pas un besoin pour le monde professionnel ? Fréquemment, on remarque que la hiérarchie privilégie des conduites déplacées envers les collaborateurs. Ces derniers sont souvent humiliés. La plupart se sent psychologiquement diminué. Pourtant ce sont des parents eux aussi. Des chefs de leurs foyers respectifs ! Aller au travail devient pour eux une véritable corvée.

Dans ces conditions, le travailleur agit de manière mécanique sans plaisir, sans effort créatif. Comment peut-il en être autrement du moment où il a une image dévalorisée de lui-même !

Le rendement d’un travailleur dont l’estime et la confiance en soi sont atteints ne peut que prendre un coup.

L’environnement de travail devient alors stressant avec risque d’augmentation des erreurs ou même des accidents de travail. C’est alors que la situation se complique avec des sanctions professionnelles.

Comme illustration de sanctions, l’actualité au Togo en dit long. Le ministre Kokoroko a relevé 1192 directeurs de préscolaires et primaires du public de leur poste de responsables d’établissements

Ils sont appelés à être redéployés en tant que simple enseignant. Pourront-ils supporter cette sanction ? Seront-ils capables psychologiquement de reprendre la craie ? Quel serait le climat de travail ?

Espérons que ces sanctions soient productives. Malheureusement, nombreux sont les travailleurs à méconnaitre les textes juridiques réglementant leur fonction. Certainement à cause de la subtilité de ces textes.

Un leadership dévastateur pour le travailleur 

Le stress et les frustrations subis au travail sont alors transposés à la maison, rendant le climat familial défavorable à une bonne éducation des enfants.

Lire aussi:  Perdre du poids à long terme : 5 astuces absolument indispensables

Tout ce qui précède n’est qu’une conséquence de la nature du leadership.

Nous estimons, dans ces circonstances, qu’une application de la discipline positive, serait bénéfique pour toutes les parties. Si les supérieurs hiérarchiques, offraient un tant soit peu les formations sur les textes juridiques à leurs collaborateurs, et appliquaient les quatre étapes de la discipline positive, ils rendraient les milieux professionnels plus épanouissants et plus productifs.

Restant dans le domaine pédagogique et en considérant les élèves, nous évoquons les quatre étapes selon des chercheurs de la discipline positives à savoir : 

  • D’abord, on décrit le comportement approprié : « Silence en classe s’il vous plait »
  • Ensuite, on donne des raisons claires: « Nous allons commencer la leçon de math et tout le monde doit écouter attentivement»
  • On s’assure que l’élève ou le collaborateur a compris: « Est-ce que vous comprenez pourquoi il est important de garder le silence pendant la leçon ? »
  • Et enfin on renforce le comportement correct par une récompense, une reconnaissance, un encouragement…

Si la discipline positive parait plus productive et épanouissante, elle ne devrait pas exclure les sanctions qui sont aussi nécessaires parfois. Le travailleur sous sanction se rendra compte de l’évidence de sa faute ou de son erreur et pourra l’éviter à l’avenir.

Pour aller plus loin

Partager avec des amis