Comprendre l’urgence de l’orientation  dans le système éducatif

Comprendre l’urgence de l’orientation dans le système éducatif

25 novembre 2021 Non Par Dr Toï Banla
Partager avec des amis

L’orientation scolaire et professionnelle a fait l’objet de plusieurs recherches. Ces études montrent que l’orientation scolaire et professionnelle favorise la motivation chez les élèves. Elle  peut aider à avoir un projet professionnel et à éviter les décrochages scolaires.

Orientation scolaire et réussite scolaire

De nombreuses études établissent une relation entre la motivation et l’investissement dans les études. Autrement dit, la réussite scolaire (Lieury & Fenouillet, 2013 ; Kusurkar, Ten Cate, Vos, Westers, & Croiset, 2013).

Ces études trouvent leurs explications dans la théorie de l’autodétermination de Deci et Ryan (1985). Selon cette théorie, il existe différents types de motivations. Ces dernières peuvent être classées sur un continuum d’autodétermination reflétant le degré auquel l’individu estime être à l’origine de son comportement. La motivation la plus autodéterminée correspond à la motivation intrinsèque qui renvoie au fait de s’engager volontairement dans une activité pour l’intérêt qu’elle présente en elle-même.

L’apport de l’orientation dans le système éducatif se traduit-il par le projet scolaire et professionnel. Ce projet devrait fixer la destination de l’élève à la sortie de ses études et le conditionner à produire un meilleur travail. Des travaux ont établi l’importance de projet scolaire et professionnel pour un élève.

Cette nécessité apparait capitale pour certains qui recommandent de commencer l’orientation à l’école primaire. Ozouf (1992) dira à cet effet qu’étant donné que les maîtres accueillent favorablement le projet d’une orientation des élèves, elle peut s’inscrire dans la double fonction du « service public sans frontières » que constitue l’école primaire.

Lire aussi:  Perdre du poids à long terme : 5 astuces absolument indispensables

Il s’agit de la fonction éducatrice de l’école qui prend en compte l’ensemble de la personnalité de l’enfant. Cela fait également référence à la fonction sociale de l’école préoccupée par l’intégration socio-économique des élèves.

Orientation scolaire et projet professionnel

Pour leur part, Moumoula et Bakyono (2005) font remarquer que la prise en compte de la dimension orientation dans toute politique éducative est donc capitale.

L’orientation est un élément:

  • de la qualité du système : réduction des échecs, dynamique de projets, motivation scolaire, prise en compte de l’accès des filles et des enfants de familles défavorisées à certaines filières;
  • de l’accès et du maintien dans le système scolaire. En effet, en réduisant les échecs scolaires, on améliore quantitativement les effectifs de passage et de transition.

Ainsi, l’orientation responsabilise les individus face à leurs choix de formations, faisant alors d’eux, des acteurs dans le management même du système éducatif.

En ce qui concerne le projet scolaire et professionnel, Léonardis, Capdevielle-Mougnibas, Prêteur (2006) insistent sur son importance. Ils considèrent que le projet scolaire et professionnel des élèves est un préalable à l’investissement scolaire et à la réussite des jeunes.

Dans cette perspective, le projet contribuerait à conférer du sens à la scolarité. Les apprentissages sont alors pensés comme moyens de sa mise en œuvre. Le choix d’une formation académique se fait ainsi en fonction de la projection professionnelle ultérieure. A la fin de leur cursus secondaire, les élèves sont tenus de faire des choix d’études supérieures. Mais comment opérer un choix sur ce dont on n’a pas assez de données ?

Lire aussi:  Le kihap : le premier pas pour progresser dans la pratique du taekwondo

Le Togo : le parent pauvre de l’orientation

Si la nécessité de l’orientation scolaire et professionnelle est démontrée par les chercheurs, nombreux pays africains n’en dispose pas dans leur système éducatif.

C’est le cas du Togo qui peine à intégrer et  à placer au cœur du système éducatif la pratique de l’orientation scolaire et professionnelle.

Depuis le début des années 2000, le système éducatif togolais est resté sans conseiller d’orientation. Il a fallu attendre les résultats du dernier concours des enseignants pour recruter un total de 30 conseillers d’orientation. Ainsi, une cellule de conseillers d’orientation est déployée dans chaque région éducative. Mais au vue des besoins et du manque de matériels de travail, leur présence dans ces régions risque sans effets.

A titre d’illustration, voici les résultats d’un sondage effectué durant l’année académique 2020-2021. Le sondage a été effectué auprès de 1700 élèves des classes de terminale à Lomé. Plus de 1500 d’entre eux soit 90% ne connaissent pas les formations dans lesquelles ils comptent s’engager après leur BAC.

Un aspect aussi important est l’ampleur de la méconnaissance des offres de formation professionnelle, des métiers et des professions auxquels ces élèves sont destinés. De ce constat, nous pouvons nous interroger sur les informations dont disposent les élèves de l’intérieur ou des localités reculées de la capitale en vue de leur orientation post-BAC !

Lire aussi:  Psychologie de l’enfant : 3 étapes cruciales à prendre en compte

De l’importance du conseiller d’orientation 

C’est le lieu d’évoquer quelques précisions sur la fonction éducative du conseiller d’orientation. L’une des fonctions nouvelles du conseiller d’orientation est d’éduquer les élèves au choix de leur carrière. Le conseiller d’orientation doit passer, dans les classes à partir du collège pour donner des cours d’éducation aux choix de carrière.

Ces cours ont pour objectif d’enseigner aux élèves :

  • les différents procédés pouvant leur permettre de faire des recherches fructueuses d’information sur les formations et les professions et de bien planifier leurs projets vocationnels ;
  • les stratégies pouvant leur permettre de prendre des décisions réalistes et adaptées.
  • d’apprendre à évaluer des compétences acquises au niveau scolaire ainsi qu’au niveau d’activités d’ordre général (valeur, intérêts, capacités générales) ;
  • les exigences relatives aux programmes dans une perspective de confirmation du choix vocationnel.

La maturité vocationnelle que vise l’éducation à l’orientation est la condition qui dynamise le comportement d’apprentissage actuel du jeune. C’est donc un ferment pour la réussite scolaire et professionnelle (réussite éducative).

Ceci étant, le conseiller d’orientation doit avoir un nouveau profil : celui de conseiller d’orientation psychologue. C’est selon le professeur Gbati, l’un des buts visés par la formation des psychologues de l’Education de l’Université de Lomé.

C’est à juste titre que l’orientation scolaire et professionnelle est au cœur de tout système éducatif. Il est temps que les autorités du système en tiennent compte.

Partager avec des amis